Nouvelles Editions Oswald - Dennis Dorgan

Titre Original : nouvelles

Collection : Fantastique - SF - Aventure n° 192
Date de Parution : Juillet 1987
Traducteur : François Truchaud
Nombre de pages : 190
Couverture : Jean-Michel Nicollet


Sommaire du livre :



- Doux, dur et dingue !, Préface de François TRUCHAUD
- Un poing capital (Hard-fisted sentiment), traduit par François TRUCHAUD
- La Nuit où Steve Costigan… (The night sailor Steve Costigan…), traduit par François TRUCHAUD
- C'était la fin du quatrième round… (It was the end of the fourth round…), traduit par François TRUCHAUD
- Marin et boxeur (The battling sailor), traduit par François TRUCHAUD
- Pour l'honneur du navire (The honor of the ship), traduit par François TRUCHAUD
- Les Ruelles de Singapour (The alleys of Singapore), traduit par François TRUCHAUD
- Le Singe de jade (The jade monkey), traduit par François TRUCHAUD
- Le Rubis mandarine (The mandarin ruby), traduit par François TRUCHAUD
- Le Cobra jaune (The yellow cobra), traduit par François TRUCHAUD
- Dans la haute société (In high society), traduit par François TRUCHAUD
- Dennis joue les journalistes (Playing journalist), traduit par François TRUCHAUD
- Gorille du destin (The Destiny Gorilla), traduit par François TRUCHAUD
- Un chevalier de la Table Ronde (A knight of the Round Table), traduit par François TRUCHAUD
- Un père Noël musclé ! (Playing Santa Claus), traduit par François TRUCHAUD
- La Menace turque (The Turkish menace), traduit par François TRUCHAUD


Préface du livre :

Doux, dur et dingue!

Le présent volume constitue une anniversaire à plus d’un titre, puisque c’est le trentième REH chez NéO, sans compter les Chants de guerre et de mort… huit ans déjà, depuis la parution en avril 1979 du Pacte Noir, dont la réimpression ne saurait tarder, répondant ainsi aux demandes frénétiques et avides des lecteurs qui ne l’ont pas encore lu et qui cherchent en vain, prêts à payer des fortunes pour l’avoir entre leurs mains ! Trente volumes en huit ans, c’est à la fois peu et beaucoup, mais cette « somme » a permis de faire connaître définitivement Howard en France, lequel est devenu un véritable auteur culte. Que les Dieux Noirs (ils se reconnaîtront) en soient remerciés… sans eux, ce travail de longue haleine n’aurait pas été possible ! A titre personnel, ce livre représente ma quatre-vingtième traduction, et le trente-sixième REH, en comptant le recueil poétique et cinq Conan… et le prochain volume se profile déjà à l’horizon! Pour fêter dignement cet événement, une nouvelle photo de « Two-Gun Bob », en gants et culotte de boxe, à l’image de ses idoles du ring! A partir du mois de septembre, retour au fantastique, à l’heroic fantasy et à l’aventure, à l’occasion de trois recueils de nouvelles, dont le premier sera Le Manoir de la Terreur… et notre quête est loin d’être terminée!
Ainsi que nous l’avions annoncé dans Steve Costigan le champion, « Gentleman » Steve figure en guest-star dans ce volume, le temps de cinq histoires, soit deux aventures complètes et trois fragments (l’imagination du lecteur fera le reste…). Ces cinq histoires, bien sûr, sont inédites aux Etats-Unis et publiées pour la première fois au monde dans le présent ouvrage. Ainsi nous retrouvons Steve tel qu’en lui-même, pour notre plus grand plaisir, Howard reprend la trame d’histoires précédentes, mais innove sur certains points… ou poings, comme dans Un poing capital! insistant sur la vieillesse du Vieux (un pléonasme que me pardonnera le lecteur!) et présentant Steve comme un cogneur de deuxième ordre, une ancienne gloire du ring. Malgré des accents presque pathétiques, l’humour reprend ses droits et la fin est de toute beauté, après un superbe combat, comme à l’ordinaire. Les trois fragments présentent un ton nouveau, qui tranche sur les histoires précédentes. Peut-être est-ce pour cette raison que « Two-Gun Bob » les laissa inachevés, sentant qu’il s’éloignait de la « ligne générale ». Dans le premier fragment, l’histoire est racontée à la première personne et le narrateur va trouver Steve dans les vestiaires ; dans le deuxième, il est question de la Tante Melicent et des origines irlandaises de Steve ; dans le troisième, centré sur un combat (manquent le début et la fin, perdus ou jamais écrits par REH?), les dernières lignes nous offrent un gag dont Howard – et Steve – ont le secret! Pour l’honneur du navire innove également, avec le personnage de John Zachary Grimes, et nous ne sommes pas loin des histoires de boxe « sérieuses » que le lecteur découvrira en 1988 ! « Gentleman » Steve à n’en plus finir… comme le prouve Dennis Dorgan!
De 1929 à 1932, les magazines Fight Stories et Action Stories avaient publié les aventures de Steve Costigan. Mais très vite, Howard fut confronté au problème suivant : il écrivait ces histoires avec une telle rapidité, et en telle quantité, que ces deux magazines n’arrivaient pas à « absorber » sa production prolifique. Les manuscrits s’entassent sur son bureau, il eut l’idée suivante : pourquoi ne pas réécrire certaines de ces histoires et commencer une nouvelle série, sur le même principe? De surcroît, Fight Stories et Action Stories avaient cessé de paraître au début de l’année 1932. Sans cesse en quête de nouveaux marchés, Howard lorgnait du côté de Oriental Stories, magazine qui avait publié six de ses histoires orientales, de 1930 à 1932. Aussi, il changea le nom de son personnage, Steve Costigan devenant Dennis Dorgan. Mike, son bouledogue blanc, devint Spike. Et le Sea Girl de Steve devint le Python de Dennis. Comme l’action se passait le plus souvent dans les ports d’Asie, ces nouvelles convenaient tout à fait pour Oriental Stories, qui avait changé de nom entre-temps, devenant Magic Carpet Magazine. Et pour parfaire le tout, il prit un pseudonyme, Patrick Ervin.
Farnsworth Wright acheta la première aventure de Dennis Dorgan, Les ruelles de Singapour, et l’histoire parut dans le numéro de janvier 1934 de Magic Carpet Magazine, lequel contenait également la nouvelle The Shadow of the Vulture/Sonya la Rouge. Howard vendit trois autres histoires de Dorgan à Magic Carpet Magazine. Malheureusement, ce magazine cessa de paraître… en janvier 1934, et c’est pourquoi une seule aventure de Dennis Dorgan fut publiée du vivant de Howard. Et les dix nouvelles de Dennis Dorgan furent réunies et publiées en volume aux Etats-Unis seulement en… 1964 (West Linn, Oregon : FAX Collector’s Edition). Deux rééditions furent effectuées en paperback par Zebra et Ace Books. Entre-temps, Glenn Lord avait publié deux aventures de Dennis dans The Howard Collector… le gardien de l’idole, toujours!
C’est pourquoi Dennis Dorgan, « nouveau » personnage du génial « Two-Gun Bob » est en fait une vieille connaissance et ressemble trait pour trait à Steve Costigan! A nouveau des escales mouvementées pour Dennis le champion, le marin le plus coriace et le boxeur le plus redoutable des Sept Mers! Toujours l’aventure, et l’humour est privilégié, souvent « hénaurme », comme dans les trois précédents volumes. Et Howard ne se prive pas de reprendre la trame d’histoires de Steve, de réutiliser certains gags ou certaines situations, mais le résultat est toujours aussi brillant et savoureux.
Les ruelles de Singapour (paru dans le dernier numéro de Magic Carpet Magazine, en janvier 1934, sous le titre: Alleys of Darkness, et sous le pseudonyme de Patrick Ervin) reprend la trame des Vikings du ring, notamment, et le « Vieux » risque de perdre son navire, le Python, mais Dennis est là et fait preuve de son grand cœur… action, humour et émotion, la mécanique est parfaitement huilée, et Dennis est le digne successeurs de Steve!
Le singe de jade (titre américain original : Sailor Dorgan and the Jade Monkey) était annoncé dans le dernier numéro de Magic Carpet Magazine, mais il ne fut pas publié, bien sûr, puisque cette revue cessa de paraître. Et cette nouvelle parut pour la première fois dans The Howard Collector, grâce à Glenn Lord, en 1971. Dennis fait la connaissance d’une « demoiselle en détresse », trop jolie pour être honnête, et le résultat est prévisible, mais savoureux ! REH s’en donne à cœur joie et l’arnaque est de taille!
Le rubis mandarine (titre américain original : Alleys of Treachery) fut publié en été 1966, dans The Howard Collector, toujours sous le pseudonyme de Patrick Ervin. Howard se déchaîne et fait preuve d’un humour délirant (les réflexions du manager, les malfrats tombés dans la cave) et c’est l’une des meilleures histoires de Dennis, dans une ambiance sordide à souhait, à la limite du récit policier.
Le cobra jaune (titre américain original : Sailor Dorgan and the Yellow Cobra) fut vendu à Magic Carpet Magazine mais jamais publié, et parut pour la première fois en 1974. L’ambiance est nettement orientale, avec hatchet-men, secte asiatique et tutti quanti! Une scène de torture (dont Howard a usé et abusé dans plusieurs récits policiers, notamment), une bagarre délirante et une fin superbement enlevée… Dennis et REH en très grande forme!
Dans la haute société (titre américain original : Cultured Cauliflowers) fait partie des nombreux manuscrits inédits de Howard, retrouvés après sa mort, et fut publié pour la première fois en 1974. REH se livre à une satire féroce de la haute société et l’histoire est délirante. Dennis, obligé de porter des lunettes, est complètement « transformé », mais très vite il redeviendra lui-même – un « gorille » selon les dames du gratin! – et la catastrophe n’est pas loin! Howard accumule les gags et les situations comiques, avec un goût inné du nonsense, des réflexions en aparté et un récit mené à toute allure. Les trouvailles fusent à chaque ligne et le résultat est époustouflant!
Dennis joue les journalistes (titre américain original : A New Game for Dorgan) est un autre manuscrit découvert plusieurs années après la mort de Howard. A nouveau c’est l’humour le plus délirent qui soit, et REH prend visiblement pour modèle Victor McLaglen, son idole de l’écran. « L’article » écrit par Dennis est un morceau d’anthologie…
Le gorille du destin (titre américain original : Sailor Dorgan est the Destiny Gorilla) fut publié pour la première fois en 1974 : le manuscrit inédit était signé Patrick « Dorgan » (Howard barra « Dorgan » et inscrivit « Ervin »). Le titre est suffisamment explicite et Steve fait la connaissance de Teddy Blaine, dont il devient éperdument amoureux. Le reste coule de source… avec des bagarres proches de l’ambiance de certains films de John Ford, et toujours le nonsense (la réflexion en aparté sur le canari!).
Un chevalier de la Table Ronde (titre américain original : Iron-Clad Fists, et manuscrit signé « Robert E. Howard, ce dernier ayant apparemment oublié d’utiliser son pseudonyme habituel) parut pour la première fois en 1974. C’est une nouvelle charge contre la « Haute société » avec deux gags énormes : le trou creusé dans la cave et le combat en armure, ainsi qu’une référence évidente à Popeye, autre marin et boxeur redoutable (la boîte d’épinards!). Le résultat est des plus désopilants et Howard semble loin, une fois de plus, de l’ambiance « sombre » qui imprègne ses récits fantastiques!
Un père Noël musclé! (titre américain original : A Two-Fisted Santa Claus) est un manuscrit retrouvé après la mort de Howard et publié pour la première fois en 1974. Dennis Dorgan en père Noël, tout un programme, et le résultat est à la hauteur de notre attente! L’histoire se passe en Chine, dans une mission, ce qui nous permet de saluer au passage John Ford, le génial auteur de Frontière chinoise !
La menace turque (titre américain original : Sailor Dorgan and the Turkish Menace) avait été accepté par Magic Carpet Magazine, mais ne fut jamais publié. Lorsqu’un exemplaire du manuscrit fut découvert, de nombreuses années après la mort de Howard, plusieurs pages manquaient (une douzaine en tout). Darrell C. Richardson compléta l’histoire, écrivant les pages « manquantes », ainsi que la fin. Le résultat est assez remarquable : il est difficile de dire quelles sont les pages écrites par REH, et celles écrites par Richardson, qui a su retrouver merveilleusement l’ambiance des récits de Dorgan. Une course poursuite digne de Mack Sennett, un match de lutte, deux « compères » qui valent bien Dennis, et une phrase finale, alambiquée à souhait, définissant la philosophie de notre héros!
A présent, voici les dix aventures de Dennis Dorgan… doux, dur et dingue… en hommage, bien sûr, à Philo et à Clint Eastwood!

François Truchaud
Ville d’Avray
3 juillet 1987


Dos du livre :

«Un voile rouge brouilla ma vision. Poussant un rugissement furieux, je me jetai témé­rairement sur Galt, sans tenir compte de son revolver. Au même instant, Spike refermait ses mâchoires sur la jambe de cette crapule. Galt poussa un cri et fit un bond frénétique. Le coup partit et la balle me frôla. Puis mon poing droit lui écrasa le nez. Une seconde plus tard, les malfrats de Galt se ruaient sur moi, et la danse commença ! »
Pour ce trentième REH chez NéO, un nouveau personnage du génial « Two-Gun Bob » : Dennis Dorgan, lequel ressemble comme un frère à Steve Costigan lequel figure d'ail­leurs en « guest star » dans ce volume !
Découvrez les exploits de ce nouveau champion, digne émule du marin le plus coriace et du boxeur le plus redoutable des Sept Mers !
Toujours l'aventure exotique et un humour souvent délirant !
En attendant Le Manoir de la Terreur...

Robert Ervin Howard est né en 1906 à Peaster (Texas). Il s'est suicidé en 1936. Quinze ans de création littéraire lui ont suffi pour devenir l'un des maîtres du fantastique et de l'heroic fantasy. A l'exception des Conan (Lattes, puis J'Ai Lu), nous avons publié tout ce qui a été traduit de lui en français et nous continuerons : Le pacte noir, Kull le roi barbare, Solomon Kane, Le retour de Kane, L'homme noir, Bran Mak Morn, Cormac Mac Art, Agnès de Chastillon, El Borak l'invincible, El Borak le Redoutable, El Borak le Magnifique, El Borak l'Eternel, Wild Bill Clanton, Kirby O'Donnell, Cormac Fitzgeoffrey, Steve Harrison et le Maître des Morts, Steve Harrison et le talon d'argent, Vulmea le pirate noir, Sonya la Rouge, Les habitants des tombes, Le tertre maudit, Le chien de la mort, La main de la déesse noire, La route d'Azraël, Almuric, Le seigneur de Samarcande, Steve Costigan, Steve Costigan et le Signe du Serpent, Steve Costigan le champion, vingt-neuf volumes magiques et fous, inoubliables, tous traduits par le meilleur spécialiste de l'œuvre de Howard que nous ayons en France : François Tru­chaud, à qui nous devons également la connaissance de l'œuvre poétique et fantastique de Howard, parue en édition de grand luxe, chez NéO, sous le titre Chants de guerre et de mort.



Tarzan en Comics Nouvelles Editions Oswald Les éditions LUG Les comics à l'ecran Les comics en France